Notre histoire

Notre entreprise a été fondée en 1999 par Pierre Bazin et Thomas Schmutz, ingénieurs conseil.



1980 : l’arrière plan

Dans les années 1980 de nouvelles exigences de qualité dans l’élagage des arbres apparaissent. Nos deux futurs fondateurs collaborent alors comme salariés de l’institut pour le développement forestier (IDF) au sein de l’équipe dite « arbre hors forêt », qui est sollicitée par les gestionnaires d’arbres des champs, des routes, des parcs, des villes. Ils accompagnent collectivités et gestionnaires privés dans la gestion de leur patrimoine, principalement à l’aide d’inventaires, de plans de gestion, de diagnostics sanitaires et mécaniques, de formation des équipes techniques. C’est la période où émerge en France la prise en compte du paysage dans les politiques d’urbanisme.




1999 : la création de l’entreprise

En 1999, tous deux font le pari de développer ce nouveau métier en mettant ces compétences au service des concepteurs et des gestionnaires d’espace. Aubépine s’implique dans plusieurs réseaux professionnels pour rester attentifs aux mutations qui ne cessent de se succéder dans les métiers de jardinier.




Les années 2000

Nous peaufinons nos outils de diagnostic sanitaire et mécanique, d’inventaire et de plan de gestion, au contact étroit de nos clients. Nous sommes sollicités de plus en plus à l’amont dans des projets d’aménagement. Nous travaillons aussi bien auprès de grands noms du paysage que de gestionnaires aux moyens très modestes.Nous sommes également demandés pour notre capacité à décrire et illustrer les enjeux à l’échelle d’un territoire, et nous animons des ateliers de concertation à l’occasion d’Atlas de paysages, de révisions de PLU… Enfin, nous développons une activité d’expertise judiciaire.




Depuis 2010

Le coût de l’ensemble de nos prestations baisse dans les années 2010 avec l’accès à une géolocalisation précise, et la mise à disposition d’une information de plus en plus complète sur les territoires. Ces nouvelles demandes nous ont amené à renforcer l’équipe sur nos deux corps de métier : le diagnostic des arbres avec Emmanuel Eigenschenck, et l’urbanisme opérationnel avec Sabine El Moualy, qui développe également notre outil de cartographie SIG.




Et demain ?

Beaucoup d’arbres et d’arbustes ont été plantés dans les quartiers neufs depuis les années 1980. Des audits seront de plus en plus utiles pour tirer le meilleur parti des trames vertes. Beaucoup d’arbres et d’arbustes ont été plantés dans les quartiers neufs depuis les années 198. Des audits seront de plus en plus utiles pour tirer le meilleur parti des trames vertes Beaucoup d’arbres et d’arbustes ont été plantés dans les quartiers neufs depuis les années 1980. Des audits seront de plus en plus utiles pour tirer le meilleur parti des trames vertes
Nous sommes de plus en plus sollicités sur la juste place dans la ville des arbres, des massifs d’arbustes et plus largement des espaces verts. Il s’agit souvent de mettre en place une gestion différenciée à double intention: une gestion plus naturaliste, mais aussi une réduction des moyens d’entretien courant.
La conception cherche à anticiper les contraintes de gestion. L’enjeu est de réduire les conflits de cohabitation entre le végétal et le minéral dans la ville. L’ensemble de ces virages nous rapprochent de l’université de géographie de Rennes. Nous collaborons à des recherches pour préciser les nouvelles attentes sociétales envers les espaces verts, et tirer le meilleur parti des nouveaux outils d’arpentage et de cartographie